4 jours à Venise ...


Venezia. C'est une ville qui fait rêver, c'est une ville qu'on rêve de voir à deux ... Bon j'y suis allée avec mes parents (ça casse un peu le délire) mais c'était tout aussi bien. 
Je ne pensais pas tomber autant sous le charme vénitien. J'avais vu des milliers de clichés splendides de Venise et pourtant, j'ai été surprise. Voir Venise en vrai, c'est autre chose, c'est particulier, c'est renversant. Une photographie ne peut en rien égaler les nuances de couleurs, l'air marin, l'ambiance qui se dégage de la città italiana. 

On a passé 4 jours intenses, 4 jours magnifiques, 4 jours que je vais partager avec vous. D'ordinaire, les touristes restent souvent un week-end voire trois jours à Venise. En 4 jours, on a pu faire le tour de Venise et connaitre ses petits raccourcis, visiter quelques unes de ses îles, débusquer quelques bonnes adresses. 

Prêts pour le départ ? 

Mardi 04 avril 2017: 15 h, Aéroport Roissy Charles de Gaulle. 1 h 30 de vol. 

On sort de l'avion vers 16 h 30 avec hâte. Il fait chaud, ce sera sans doute la plus belle journée de la semaine mais on a encore le temps d'en profiter. On saute dans le bus numéro 5 qui fait la navette entre l'aéroport et Venise. Le bus est plus rentable que le taxi. Nous avons pris un pass via VeneziaUnica qui nous permettait d'avoir un trajet depuis l’aéroport en bus, plus 3 jours de transports gratuits à compter de la première utilisation. Le trajet dure environ 20 minutes jusqu'à Piazza Roma. Une fois là-bas, on a pris le vaparetto, nettement moins cher que les bateaux-taxis et que les gondoles pour descendre à Ponte Rialto, au plus près de notre hôtel. 
Ce premier trajet en vaparetto a été magique pour moi ; il faisait beau et chaud, l'air était doux et frais. On voyait Venise défiler lentement sous nos yeux : ses ponts, ses musées, ses bâtiments décrépis et pourtant charmants. C'est là qu'on se rend compte combien Venise est belle. 

Arrivée Ponte Rialto, on s'est dirigé directement vers l'hôtel afin d'y déposer nos affaires et de repérer les lieux. Le pont est bondé, comme toujours. 
L'hôtel n'est pas loin. Nous avons réservé sur Booking l'hôtel Malibran, l'un des moins chers que nous ayons trouvé ; il faut savoir que le logement revient vite cher. Venise est l'une des villes les plus onéreuses de l'Italie.





 Ayant lu après réservation les commentaires se plaignant de la saleté, j'ai eu un peu peur. Mais la chambre était propre. La climatisation ne fonctionnait pas, on avait donc chaud, mais nous ne restions pas beaucoup dans la chambre. La salle de bain était très bien ; il y avait même un rebord pour s'asseoir dans la baignoire !  On a donc été agréablement surpris. Le gros point négatif était la literie. Le matelas du grand lit était assez mou ; quant à celui du "petit lit" n'en parlons même pas. En réalité, ce n'était pas un lit mais seulement une banquette dépliable dont le "matelas" faisait à peine 5 centimètre d'épaisseur. Ma première nuit a été assez horrible vu que c'était comme si je dormais par terre. Néanmoins, on a averti l'accueil le lendemain matin du problème et sans même parlementer ils nous ont dit qu'ils s'en occupaient. A midi, j'avais un vrai petit lit une place - bien plus confortable (même si une fois de plus la literie laissait à désirer). Le plus de l'hôtel est son petit déjeuner (sucré - leurs croissants sont à tomber- et salé, à volonté qui nous a permis de ne pas manger beaucoup ou du tout le midi - ce qui permet d'économiser un peu ses sous). 
Après avoir déposé nos affaires, on est allé Place Saint-Marc, la mythique place aux pigeons. En effet, ils étaient bien présents ! La basilique était magnifique, le soleil tombait et les fresques se paraient de rose.


On s'est baladé un peu avant d'aller dîner. Mes parents étant déjà venus l'année dernière connaissaient un bon restaurant qui était près de leur ancien hôtel : Al teatro Goldoni. Il se trouve à côté de Piazza San Marco, dans le quartier luxueux de Venise, mais les prix y sont abordables. 
Notez que dans quasiment tous les restaurants de Venise, 2 euros par couvert est ajouté au prix total de la note ! Et l'eau minérale n'est pas donnée ...



Enfin, on a bien mangé (je vous conseille les pâtes aux seiches que vous voyez ci-haut) même si pour vous donner un ordre d'idée pour trois plats de pâtes, de l'eau et une bière, nous en avons eu pour 65 euros environ.

Mercredi 05 Mai : Mazzorbo, Burano et Murano. 

Comme je vous le disais, les pass que nous avons pris durait 3 jours à compter de la première utilisation. Nous n'avons donc pas attendu pour visiter les îles alentours en commençant par Burano qu'on avait très envie de découvrir. 
Suivant les conseils du guide du routard, nous sommes descendus une station avant Burano, à Mazzorbo qui est une toute petite ville verdoyante reliée à Burano par un pont de bois. Il n'y a pas grand chose à voir mais cela permet de prendre un moment privilégié en silence à profiter. 


Malheureusement, il faisait gris mais les couleurs de Burano ont réchauffé nos cœurs. Malgré le ciel gris et la pluie, toutes les couleurs, et je vous assure qu'il n'y en a pas une pareille, ressortaient merveilleusement. 


C'est vraiment une jolie petite ville de pêche, connue pour sa dentelle et ses masques. La plupart des produits que vous voyez sont d'importation. Mais nous avons rencontré un gentil monsieur, Rossi Fabiola, qui nous a expliqué comment reconnaître les vrais masques vénitiens c'est-à-dire des masques en papier mâché et non en plastique ou poudre de papier. Les masques vénitiens sont fait à la main et cela demande du temps et du travail étant donné l'humidité ambiante ; c'est pourquoi il faut repasser plusieurs fois sur les couleurs pour avoir l'effet que vous pouvez voir ci-dessous. Eh oui, je n'ai pas pu résisté ! Tous les masques étaient magnifiques mais celui-ci m'a vraiment tapé dans l’œil. J'ai trouvé le prix très raisonnable (38 euros) alors qu'on peut trouvé des masques aussi cher voire plus qui sont importés de Chine.
La boutique s'appelle La Stramba, Via San Martino Sinistro, 238.




Vous pouvez aussi trouvé les biscuits typiques de la région : les Essi ou Bussolai, traditionnellement en forme de S ou de couronne mais déclinés sous toutes les formes et à tous les goûts (chocolat et poivre, noisette ...). L'odeur est juste divine et vous serez sûrement attiré vers les boulangeries qui les prépare sur place. 

Après une petite matinée à Burano, nous avons repris le vaporetto pour Murano. Le soleil est revenu entre temps ! Murano, elle, est célèbre pour son verre. Vous en trouvez dans à peu près toutes les boutiques.



Ce qu'il y a à voir ? La phare blanc, la sculpture en verre bleue, le musée du verre. C'est une jolie ville colorée aussi. Il y a peu d'adresses pour manger peu cher donc nous avons opté pour le coop où nous avons mangé pour 6 euros des fougasses et des pommes. 

Ayant peu mangé, nous nous sommes arrêtés à un glacier artisanal près du Ponte dei Greci : La Mela Verde. Ce sont justes les meilleures glaces que j'ai mangé : mandorla (amande), nocciolata (noisette), pistacchio de bronte (pistache), pistacchio a la ricotta, biscotti ... Les parfums changent chaque jour en fonction des produits disponibles et les glaces sont extrêmement bien servies. C'est pourquoi je n'ai pas de photo à vous montrer ... j'ai été obligé de les engloutir avant qu'elles ne fondent les deux fois ! 

Le soir, nous avons testé le restaurant al 56 Zerootoo dans le quartier de Cannaregio qui est l'un des moins cher avec Dorduroso. Le cadre est très sympathique, le quartier vivant. On a bien mangé, aux prix ordinaires à Venise.



Jeudi 06 Avril : Academia, Dorduroso, Ghetto juif, San Polo. 

Grande marche en perspective : nous avons pris le vaporetto pour la dernière fois jusqu'à Accademia. C'est là que se trouve le musée Navale, le pont des Arcs, la Gallerie de l'Accademia qui est très réputé.


On a marché jusqu'à le pointe de l'île, vers Zattere, de là où l'on a une vue imprenable sur Venise et ses îles. On a poursuivi ensuite jusqu'au quartier Dorduroso qui est très agréable car plus calme que les quartiers centraux que sont San Marco et San Polo. On y prend plaisir à se perdre dans les rues, à photographier les ponts.


Ensuite direction le ghetto juif de Venise qui a été construit en 1516 et surnommé Ghetto Nuovo. C'est l'un des premiers quartiers où l'on a regroupé les Juifs afin de les séparer du reste de la population. En effet, à l'époque, l'antisémitisme était très présent et on avait peur d'eux, peu qu'ils "contaminent" les Vénitiens. Néanmoins, les autorités vénitiennes avaient aussi besoin d'eux car d'une part ils étaient taxés et d'autre part eux seuls avaient le droit de "manier" l'argent dans le sens où ils prêtaient de l'argent à l'instar de banquiers. On voit encore aujourd'hui les portes qui emmuraient le quartier. Les Juifs y sont encore présents : les boutiques le témoignent. 
Nous sommes finalement retournés vers le centre de Venise pour manger à nouveau une glace, n'ayant pas manger le midi suite à notre copieux petit déjeuner : 



Le ciel étant limpide, j'en ai profité pour monter en haut du Campanile, place Saint Marc. Le billet est à 8 euros et l'on peut avoir un panorama à 360° de tout Venise ainsi que ses îles dont Torcello. Le Campanile lui-même mesure 99 mètres ! Il en existe presque une dizaine mais c'est le seul à ne pas avoir été détruit. La vue est vraiment à couper le souffle.





Ce soir-là nous avons dîner au restaurant de l'hôtel Malibran ; les serveurs sont adorables. Et le bonus est qu'étant logé dans l'hôtel nous avions 10% sur la carte en dehors des pizzas - ce qui est toujours bon à prendre. J'ai été un peu déçue des raviolis aux cèpes mais mon père a mangé les meilleures pâtes au fruits de mer ici.

Vendredi 07 Avril : Musées et dernière ballade. 

Notre pass transport n'étant plus valide, nous avions décidé de consacrer la dernière journée sur l'île aux musées. Au préalable, nous avions acheté des Museum Pass (à tarif réduit pour les moins de 26 ans) qui nous permettaient de visiter : le Palais des Doges, le Musée Correr, le Musée Archéologique National, les Salles Bibliothèque Marciana, le Ca'Rezzonico, la Maison de Carlo Goldoni, le Musée Mocenigo, le Ca'Pesaro, le Musée de Verre, le Musée de la Dentelle et enfin le Musée d'Histoire Naturelle. 

Nous n'avons pas tout fait mais je vous conseilles ceux que nous avons vu : 
- Le Palais des Doges (évidemment - où vous accéder aux grandes salles des procès, aux cachots, ainsi qu'au passage à l'intérieur même du Pont des Soupirs)



- Le musée Correr qui conserve de magnifiques sculptures et tableaux ; depuis le Musée, on accède aux salles Bibliothèque Marciana. 



- Le Musée du Verre qui se trouve à Murano et qui prend peu de temps 


- Le Ca'Pesaro qui est un musée d'art moderne et orientale 


- Le Musée d'Histoire naturelle est moins regret ; les expositions sont très bien construites mais j'ai eu du mal à regarder tous ces animaux empaillés ... Âmes sensibles s'abstenir. 


Nous en avons profité pour longer une dernière fois le Canal, le cœur un peu serré, il est vrai de passer une dernière nuit à Venise, de dire au revoir à la ville. 
Mais je reviendrai ... 


Je vous laisse ici quelques liens utiles :

http://www.veneziaunica.it/it/e-commerce/services

http://www.hotelmalibran.com/fr/index.html

https://www.tripadvisor.fr/LocationPhotoDirectLink-g187870-d2446902-i110442024-La_Mela_Verde-Venice_Veneto.html

http://www.routard.com/guide/code_dest/venise.htm


http://www.venise.fr/se-deplacer/plan-de-venise.htm

Baci <3

Articles les plus consultés