Mon premier tatouage !


Ma décision.
Voilà quelques années que trottait dans ma tête l'envie de me faire tatouer. Mon frère avait lui-même sauté le pas lors de ses 18 ans et son tatouage était vraiment très réussi. Il en était ravi et avait eu une agréable expérience. C'est lui qui m'a incité par la suite à me faire tatouer à mon tour. Mais je voulais être sûre que je le voulais vraiment. Et surtout, je voulais que ce tatouage signifie quelque chose pour moi. Je ne voulais pas faire un tatouage "pour faire un tatouage". Bien que cela soit très beau, que de nombreux motifs me plaisaient, je voulais quelque chose de particulier et de représentatif. 
J'ai longtemps cherché. Et puis l'idée est venue assez naturellement : une plume. Mais pas n'importe quelle plume ; une plume d'écrivain. 
Vous ne le savez peut-être pas mais ma plus grande passion est l'écriture. Depuis toute petite, j'écris des histoires, je m'invente journaliste ... La lecture m'a assez rapidement amenée à écrire. Et j'ai la chance d'avoir eu le créativité et la persévérance nécessaires pour terminer un roman, le publier en auto-édition, en écrire un second ... De sorte que malgré mon jeune âge, je suis aussi écrivain. 
Ecrire et publier deux romans est une expérience et une étape décisive dans ma vie. Cela m'a beaucoup apporté : aussi bien au niveau humain que personnel. J'ai fait de belles rencontres mais j'ai aussi conquis une plus grande confiance en moi. Voilà ce que signifie ma plume. 
J'avais envie de quelque chose de délicat, de féminin. 
On a été étonné de savoir que j'étais tatouée, on a une certaine idée stéréotypée de ceux susceptibles de l'être. Même si  l'engouement autour du tatouage a démocratisé l'image du tatoué, demeurent d'anciennes idées préconçues. Et pourtant, ce tatouage, c'est moi. Une fois montré, il n'y a plus d'étonnement car ce tatouage n'est pas celui de tout le monde, il me correspond. 
Désormais, il fait partie de moi. J'aime toujours autant le voir à ma cheville. Et je ne regrette absolument pas d'avoir sauté le pas à mon tour, et surtout d'avoir attendu d'être prête.  

Mes conseils antérieurs.
C'est pourquoi mon premier conseil est de bien choisir quel tatouage vous voulez, et de ne pas vous précipitez. Un tatouage ce n'est pas rien, ce n'est pas que de l'encre, c'est un symbole qui vous marquera à vie. Même s'il vous arrivait de le brûler au laser, vous seriez toujours marqué. 

Je ne vous conseillerais que trop de vérifier la propreté et le professionnalisme de l'endroit où vous comptez aller. Il y a de très bons tatoueurs, et il y en a aussi de moins bons. La plupart possède des pages Facebook où vous pouvez voir les tatouages réalisés ; n'hésitez pas à demander l'avis de ceux y étant allés. 
Personnellement, mon frère et moi sommes allés au même endroit, un endroit qui nous a été recommandé par une amie de nos parents. On savait que l'hygiène était respectée, qu'il y avait de bons tatoueur(e)s et cela ôte vraiment toute suspicion. 
Vous pouvez aussi demandé un devis pour comparer les prix entre plusieurs salons. Comptez environ 100 euros l'heure en fonction de la taille du tatoo souhaité. Le mien mesure environ 12 centimètres ; on a bloqué un créneau horaire d'une heure et demie mais en soit le tatouage a duré une quarantaine de minutes. 

Le tatouage. 
Une fois décidée, j'ai pris rendez-vous à Vincennes, chez Body Staff (une adresse que je vous conseille). Le tatoueur a fixé l'heure et le prix ; j'ai dû avancé un peu moins de la moitié de la somme- une sorte d'assurance. A noter qu'ils ne vous rembourseront pas si vous ne venez pas. 
Ensuite, le jour j, j'ai rencontré ma tatoueuse qui m'a proposée deux modèles. Au final, on a mixé les deux croquis. 
J'avais préalablement rasé de près mes petites gambettes. Elle a appliqué la crème, imprimé au carbone le dessin et l'a positionné sur ma cheville. Le dessin apparaît immédiatement. Après à vous de voir si le positionnement vous convient. Il est possible de rectifier par la suite. 
C'est le moment que l'on redoute. 
On monte sur la table ou l'on s'assoit sur le fauteuil et c'est l'heure des aiguilles. J'avais peur d'avoir mal. Mon frère avait eu mal mais étant douillet, je me suis dit que je pouvais le faire aussi. Et oui, ça fait mal, mais c'est franchement supportable. Certains endroits, certains traits font plus mal que d'autres. Néanmoins, les aiguilles ne fonctionnent pas en continu, le ou la tatoueur/se s'arrêtent souvent pour enlever l'excès d'encre au sopalin, ou pour repulvériser du désinfectant. 
De toute façon, une fois que c'est parti, plus de retour en arrière possible. La tatoueuse m'avait bien installée, elle me demandait si tout allait bien ; à la moitié du temps elle me l'a signalé. J'ai donc attendu assez tranquillement ; la douleur n'était pas insoutenable (loin de là). Et quand j'ai vu le résultat, j'étais tellement satisfaite que le douleur était déjà (presque) oubliée. 
Elle a à nouveau désinfecté ma jambe. J'étais venue en cycliste ce qui fait que seules ma chaussette était ruinée. Elle a ensuite enroulé du film alimentaire pour protéger le tatouage. Et voilà ! 
J'avais dû mal à poser pleinement la jambe par terre en sortant. J'ai un petit peu saigné mais j'avais surtout la peau à vif et très rouge. Marcher me lançait un peu dans la jambe mais rien d'insurmontable non plus. 
Surtout, cela en vaut la peine ! 




Les soins. 
Après avoir fait le tatouage, évitez tout contact avec celui-ci. Laissez-le en paix au moins pendant deux heures. Ces deux heures minimum passées, lavez délicatement votre tatoo à l'eau tiède avec un nettoyant doux au Ph neutre type Saforel. Et ne remettez pas de pansement. Le mieux est de laissé le tatouage à l'air un maximum. 
Le soir même ou le lendemain, appliquez une bonne couche de la crème conseillée ou d'une des crèmes que je vous propose : Bépanthène crème, Cycatril, Biafine. Mettez de la crème deux à trois fois par jours pendant environ deux semaines. Veillez à toujours avoir les mains propres. 
Ne prenez que des douches et évitez de mouiller le tatoo. Il est conseillé de ne pas l'exposer au soleil, aux bains, saunas, hammams, piscines durant un mois minimum. 

Votre tatoo va passer par plusieurs phases de cicatrisation mais personne ne réagit de la même manière donc renseignez-vous et n'hésitez pas à demander des conseils au tatoueur ou bien même à un dermatologue. 
La tatouage va s'éclaircir au fil des jours. La peau dérougie au bout d'un ou deux jours. Ensuite, la peau peut vous démanger, ne grattez pas. Il va aussi peler au bout d'une ou deux semaines : ne grattez toujours pas et n'enlever pas les croûtes ou les bouts de peau. Continuez d'appliquer votre crème, si vous la trouvez trop épaisse, n'hésitez pas à en changer (j'ai commencé avec Bépanthène puis j'ai poursuivi avec Dexeryl). 
La démangeaison et le pelage sont normaux, cela signifie que le tatouage cicatrise donc n'ayez pas peur. 
La cicatrisation complète varie entre deux semaines et six semaines. 
Personnellement, au bout de deux semaines, mon tatouage avait cicatrisé. Comment s'en rendre compte ? S'il est parfaitement lisse, ne pèle plus, n'a plus de croûte (même si vous pouvez ne pas en avoir, par exemple, je n'en ai pas eu). 

Mon dilemme a concerné la reprise de la piscine. Attendre un mois complet alors qu'au bout de deux semaines, il était cicatrisé ? Deux semaines sans piscine, c'est long, lorsque comme moi vous êtes complètement addict de cet discipline. Nager me manquait terriblement et même si j'allais courir à la place, je me sentais vraiment frustrée. Donc j'ai attendu trois semaines. J'ai acheté une crème (dont vous parle dans les Favoris du mois de novembre) A-derma Exomega Crème barrière. Je l'applique en couche épaisse sur la tatouage et c'est juste dingue. Après une heure et demie immergée dans l'eau, la crème n'est pas partie ; il y a encore une pellicule de crème blanche qui ne s'enlève que sous la douche en frottant. Donc si vous faites de la natation, ou que vous devez allez à la mer et que vous craignez d'abîmer votre tatoo (une fois cicatrisé), cette crème est faite pour vous. 
Une fois cicatrisé, la tatouage n'a plus besoin de soins particuliers. Vous pouvez prendre des bains, aller à la piscine, à la mer, au sauna. Néanmoins, je continue à appliquer une crème hydratante comme je le fais pour tout le corps. Un tatouage demeure sensible au soleil et si vous ne voulez pas qu'il ternisse, protégez-le toute votre vie en appliquant de la crème solaire et en l'exposant le moins possible aux rayons. 
Il est possible de retourner faire des retouches et je ne vous garanti pas que vous ne voudrez pas en refaire un. 



Bilan.
Pour résumer, ne prenez pas ça à la légère, renseignez-vous, soyez sûr de ce que vous voulez, faites confiance à votre tatoueur. Prenez-en soin. 
N'ayez pas peur. 

J'espère que mon expérience et ces conseils vous auront éclairés, peut-être rassurés. Si jamais vous avez une question, n'hésitez pas à me la poser, je serais ravie de vous répondre. 

Articles les plus consultés