Marche Républicaine.

Dimanche 11 Janvier 2015 est désormais un événement historique. Avec presque 4 millions de citoyens dans les rues, ce jour devient la plus grande manifestation en France jamais recensée. Cette marche républicaine était une réponse aux attentats des trois derniers jours. Un hommage aux caricaturistes et journalistes lâchement assassinés, aux policiers morts durant leur exercice, aux juifs, aux membres du GIGN et du RAID. Un cri de fureur contre cette atteinte à notre liberté d'expression. 
Unis, debout, ensemble, nous faisons front contre la barbarie, la tyrannie d'illuminés. Je suis fière de mon pays. Je suis fière d'avoir participé à ce moment mémorable. Ma première manifestation, sans doute la meilleure à laquelle je ne participerais jamais. C'était une journée unique, à la hauteur des crimes commis. 
 Il y avait tellement de monde ... je n'avais jamais vu autant de personnes rassemblées pour une cause commune. Tellement de monde que l'on pouvait à peine sortir du métro, à peine avancer. C'est la première fois que je marchais sur quelqu'un et que cette personne me souriait malgré tout. C'était la première fois que des gens de droites, gauches, chrétiens, juifs, musulmans, athées défilaient ensemble. Tous confondus, tous outrés, tous blessés. Les différences, les préjugés avaient disparus.
C'est ça la France, celle que j'aime, celle qui mérite qu'on se batte pour elle. 
Dans la foule, il y avait des vagues d'applaudissements, des marseillaises chantées à gorges déployées, des drapeaux, des banderoles, des dessins, des crayons brandis. 
C'était un joli chaos. Parfois silencieux, parfois criant, parfois chantant. La tristesse et la douleur se mêlaient à la joie et à la fierté d'être présent, de montrer sa force, sa foi en la démocratie et en ses principes. C'était fou, c'était beau. 
Liberté, égalité, fraternité. Ce sont nos valeurs. Union, tolérance, clairvoyance. Humour. Ce sont ces valeurs que défendait Charlie Hebdo, et que j'espère, il continuera à défendre. Ce sont ces mêmes valeurs qui ont fait se lever les Français, qui ont fait qu'ils marchent, piétinent voire attendent (longtemps) dans les rues de Paris notamment. La France est debout, envers et contre tout. 
2015 est l'année de ma majorité. L'année où je deviendrai citoyenne à part entière avec ses droits et ses devoirs. Il me semblait être de mon devoir que manifester ce dimanche. Et affirmer haut et fort que je n'avais pas peur, que je me battrai pour défendre mes droits et ceux de chaque être en ce monde. Montrer que ce ne sont pas des détraqués qui peuvent nous dicter notre loi, notre conduite, nos sentiments. Montrer que nous restons unis face à l'adversité et que la France n'a aucunement perdu de sa grandeur. Les rassemblements dans le monde entier l’ont prouvé : que ce soit en Belgique, en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Australie, les gens ont manifesté leur sympathie, leur indignation. 
Car ce qui nous a vraiment choqué et touché est le fait que l'on se croyait prémunis, on se croyait loin des guerres, des attentats. On était habitué à entendre les horreurs qui se passaient dans le monde, loin de chez nous. La gifle en a été d'autant plus violente. Non, nous ne sommes pas à l'abri de tout danger. Il y a eu un attentat en France, d'autres ont été déjoué et peut-être y en aura-t-il d'autres. Si je ne veux pas paraître alarmiste, je ne veux pas non plus me voiler la face. Le terrorisme est le maux de notre société contemporaine. C'est le mal qui ronge les fondations et qui risque de faire s'effondrer le monde que l'on connaît aujourd'hui, qui s'est reconstruit après les guerres mondiales du XXème siècle. C'est ce qu'il nous faut combattre. Pour l'avenir. 
Ce que je regrette c'est qu'il ait fallu un tel drame pour que l'on ouvre les yeux, que l'on prenne conscience des dérives du monde et des défaillances. Défaillances du système français notamment. Des renseignements, de l'éducation, des carences parmi les forces de l'ordre ... Désormais, il faut continuer la lutte. Il faut que le gouvernement continue la lutte. Pour que cette marche n'ait pas été inutile. Pour que ce rassemblement fasse sens. C'est maintenant que l'avenir se trace. 
Nous avons parlé. Maintenant, il faut agir. La lutte n'est pas terminée.
La France n'est pas la seule touchée par le terrorisme, loin de là. N'oublions pas les 2000 morts au Nigéria dans une attaque de Boko Haram. 16 villages ont été détruits. Pourquoi n'en parlons-nous pas plus ? La France est-elle plus importante ? 
Patriotisme oui, mais au détriment des autres peuples, non. 
J'ai marché dans la rue pour que plus jamais un tel acte se produise. J'ai marché dans la rue pour que jamais plus on ne touche à la liberté. J'ai marché dans la rue pour soutenir les familles et les proches de nos héros. J'ai marché dans la rue car j'en avais besoin, car mon peuple en avait besoin. 
Mais je ne veux pas que ce soit vain. 
Restons soudés, restons debout, restons forts, restons humble pour les jours, les semaines, les mois et les années qui viendront. 
Pas d'amalgame, pas de racisme, d'islamophobie. Restons droits, restons fiers de nous. 
Ce dimanche 11 janvier est à marquer d'une pierre blanche. Il marque le renouveau d'une France que j'espère plus fidèle à elle-même. 

N'oublions pas ...

Articles les plus consultés