7 étapes en Balagne !

"Tu pars où cet été, me demande-t-on, curieusement.
- A Calvi, en Corse, répondé-je, avec excitation.
- La chance ! Combien de temps ? 
- 1 mois ..."
Après ces deux petits mots, deux réponses possibles : un "Waouh" étonné ou un "Eh beh !" un tant soit peu envieux.
Ce que je comprends, qui part un mois en Corse ? Et ce, chaque année, depuis ses quatre ans ?
Oui, oui, tous les étés je pars au même endroit, dans la même ville. Non, non, je ne suis pas lassée. Je n'aimerais pas partir ailleurs. Au contraire, dès septembre, j'attends avec impatience le mois d’août pour retourner là-bas. Chaque année, c'est comme si je redécouvrais la Corse : ses changements, ses habitudes ... Calvi, comme je le dis souvent, est mon coin de paradis. L'endroit au monde où je me sens le mieux. 
Comment pourrais-je me lasser du soleil chaud ? Du bruit des vagues sur le sable, puis sur les galets ? De l'odeur si typique du maquis ? Des couchers de soleil depuis la Madone ? Des roches rouges ? Des oliveraies et des figues de barbarie qui poussent sur les bords de route ? 
La Corse, c'est l'île de Beauté. 
La Balagne, c'est le "Jardin de la Corse".
J'espère qu'un jour, vous qui lisez ces lignes et qui n'y êtes jamais allés, aurez cette chance, ne serait-ce que quelques jours, et que la Corse vous charmera autant elle m'a charmée. 

Pour vous faire rêver, vous renseigner, je vous présente mes 7 étapes incontournables aux alentours de Calvi et, sans surprise, la première est Calvi-même !

Mais avant toute chose, petite révision de géographie : C'est quoi la Balagne ? C'est toute cette région de Haute Corse (2B) entre la côte méditerranéenne et l'intérieur des terres où se nichent de nombreux petits villages pittoresques.



1) Calvi, bord de mer et intra-muros : 

La ville de Calvi est principalement connue pour sa citadelle, cette fameuse et splendide forteresse romaine du XIIIème siècle. Cette forteresse a résisté à nombres d'assauts. Au dessus de la Porte de la Citadelle, reposent ces mots : Citivas Calvi Semper Fidelis (Calvi, la ville toujours fidèle), fidèle à Gênes qui a vu naître Christophe Colomb, héros calvais dont les restes de la maison sont visibles dans la citadelle.

Les photographies qui suivent m'appartiennent : ©OphéliePiras 
Leur diffusion se limite à ce blog. 




 On peut aussi visiter la cathédrale Saint Jean Baptiste et, avec un peu de chance, écouter quelques chants corses. 
Ruelles pavées, maisons génoises, le décor est posé. Là-haut, le panorama est à couper le souffle. Vue à 360° : mer, plage, port ...
En effet, Calvi possède un petit port de plaisance charmant où l'on peut flâner devant les bateaux et yacht, s'arrêter manger une glace, ou bien regarder les voitures descendre des Corsica ferries. 
Petites boutiques, restaurants, spécialités corses vous trouverez en partant à l'assaut de la cité.
















Le soleil chauffe ... dur d'avancer ... une légère brise ... insuffisante ! Deux solutions : chercher l'ombre dans La Pinède, la forêt de pins, ou aller à la plage ! La plage de sable fin de Calvi mesure pas moins de 6 km ! Un ponton longeant les rames du petit train allant de Calvi à l’Île Rousse permet d'en traverser une partie. Il y a un bout de plage surveillée par les maîtres nageurs, de nombreuses activités nautiques (jet ski, paddle, pédalos ...) même si le mieux est encore de profiter de l'eau turquoise pour nager. Des digues de roches cachent aussi oursins et autres petites bêtes maritimes. En bronzant, vous ne manquerez sûrement pas les avions qui descendent vers Ste Catherine, les hélicoptères lâchant les parachutistes de la Légion Étrangère ou parfois un deltaplane. 




Et pourquoi pas finir la soirée par un coucher de soleil depuis la chapelle de Notre Dame de la Serra ? A pieds pour les sportifs ou en voiture, la vue splendide sur le citadelle, puis, le soleil plongeant dans la mer vaut sacrément le détour. Si vous y allez à pieds (montée à la Villa (hôtel 5 étoiles) très pentue puis chemin de sable et pierres un peu glissant), le must est de redescendre par la route dont un pan est sans trottoir donc faites TRÈS attention en passant par la Revelata où la vue est aussi sensationnelle !











Comme je l'ai mentionné, un petit train relie Calvi à l’Île Rousse, la deuxième ville côtière. Cette virée permet de longer d'une traite 75 km de côte et de plage. Un arrêt à une plage est possible, ce qui est avantageux car certaine plage comme Sainte Restitude par exemple ne sont pas accessibles en voiture ou bien difficiles d'accès.

 2) Isola Rossa est donc la deuxième étape de ce voyage. C'est le grand port de la Balagne, là où accoste la majorité des ferries. Cette ville fut fondée par Pascal Paoli (dont on peut admirer le buste sur la place) pendant l'indépendance. Elle doit son nom à ses pierres qui virent au rouge lors des couchers de soleil.




L'île de Pietra, accessible par la route est une presqu'île splendide gardant le phare et une tour génoise détruite. Parfait pour faire des photos ! 










 De nombreuses boutiques fourmillent dans les ruelles pavées. Laissez-vous porter par la douce et envoûtante odeur des gâteaux corses réalisés sur place.
Il y a aussi un marché de producteurs locaux tous les matins (il me semble) : de beaux produits y sont proposés même si c'est un peu cher. Souvent, on y achète un peu de jambon corse et de tome de brebis, une banette dans une boulangerie du coin et nous nous posons aux Platanes (bar, glacier) pour y boire un verre tout en mangeant. Le bar qui doit son nom aux platanes qui poussent sur la terrasse garantissent ombre et vent.

C'est aussi L'adresse pour déguster une succulente coupe de glace : île Verte, Mont-Blanc, Coupe de Neige, Isola Rossa, Coupe verger ou royale ... elles sont toutes délicieuses (et moins chers qu'à Calvi !).

La ville est assez petite mais contient trois plages de sable fin. Personnellement, je ne raffole pas des plages de l’Île Rousse, c'est pourquoi je préfère profiter des plages alentours comme Bodri, ou encore l'Ostriconi, très belle où l'on a pieds très loin. Néanmoins, il faut y accéder à pieds après avoir garé sa voiture ; il y a notamment un petit lac à franchir avant d'accéder à la plage même.
Plage de l'Ostriconi :







Plage de Ghjunchitu : 





3) Forêt de Bonifatu :

Parce qu'un voyage se doit toujours d'avoir une étape sportive, j'ai sélectionné celle-ci : une rando au cœur de la Forêt de Bonifatu ! Rochers, courants d'eau, cascades, piscines naturelles, montagnes, bois, végétation ... et surtout le silence. Voilà pourquoi j'aime cette forêt. Voilà pourquoi j'y retourne chaque année. 
Plusieurs parcours sont possibles, plus ou moins longs et plus ou moins durs. Le plus ardu étant la partie du GR 20. 
Personnellement, nous commençons notre ascension depuis la passerelle de fer. Il y a un passage assez facile à prendre pour descendre. Ensuite nous montons tout droit jusqu'en haut. 
Assez physique, la dépense de soi est néanmoins ... bénéfique, libératrice ! 
Pour ceux qui ne seraient pas féru de sport ou qui auraient des enfants en bas âge, il est aussi possible de pic-niquer et ainsi de profiter de cet environnement quasi hors du temps. Face aux montagnes, on se sent minuscule. 
La route est aussi difficile : virages brusques, voie unique ... A noter que la forêt est sujette aux incendies, donc éviter d'y aller en temps de vent. 
Mais sinon, régalez-vous ! 









3) San'Antonio 

Ce petit village perché dans les hauteurs fait partie des plus beaux villages de France. Et on comprend pourquoi lorsque l'on observe cette vue sur les terres, que l'on déambule dans les ruelles pavées et étroites, que l'on admire les bâtisses anciennes et fleuries ...
Très peu d'habitants y vivent mais parmi eux se trouvent ... des ânes ! Des excursions en pleine villes sont même prévues (pour enfants et adultes) et les voir crapahuter dans les montées, et se presser contre les parois est juste incroyable !
C'est là que le mot "authentique" prend tout son sens.













5) Galeria :

Seconde étape sportive (ou pas) : le canoë kayak ! Galeria possède un lac protégé où l'on peut faire du canoë (à basse vitesse) et y découvrir la flore et faune : nénuphars, poissons (aigrettes, poules d'eau), vaches, oiseaux ...
Galeria est une petite ville tranquille ayant une jolie plage de graviers. La vallée du Fango permet de belles baignades, de partir en kayak sur le long fleuve bleu.
Personnellement, j'ai été plus attirée par ce site classé Réserve Biosphère par l'Unesco ayant souvent eu vent du danger du Fango.
Cette découverte de la nature en silence est revigorante ! Partir seul ou à deux le long des quatre bras du site et profiter de ce calme, est juste incroyablement apaisant.
(6 euros environ l'heure ; possibilité de prendre son appareil dans une boîte hermétique proposée ; petit apprentissage des bases et présentation du site avant départ.)

















 6) Lumio :

Lumio, Lumio ... ça vous dit quelque chose n'est-ce pas ? Et si je vous disais Laeticia Casta ? Eh oui, ce petit village est celui qui a vu naître l'actrice-mannequin mondialement connue. Le village, tout près de Calvi, domine le baie. Sa chapelle romane Saint-Pierre Saint-Paul, ses rues typiquement corses en font une jolie étape. Et pourquoi pas aller faire un tour au marché ? 
Puis, en poussant plus haut, se trouvent les ruines d'Occi, qui surplombe le golfe méditerranéen. 
A voir, la Punta di Spanu, site naturel au bord de mer liant la baie d'Algajo à la marine de Sant'Ambrogio. Roches, mer, et vent ...

Image Google ne retrouvant plus les photos du village de Lumio.
Images suivantes m'appartiennent ©OphéliePiras









 7) Saint Florent : 

Saint Florent est une cité romaine connue pour avoir inspiré nombres d'artistes. Si le chemin est long est tortueux depuis Calvi, la ville et son port en valent le détour. Port, quais, citadelle, cathédrale ... une longue visite vous attend à Saint Florent. Mais ce qui nous y a amené est le départ pour l'île du Lotu (prononcer Loto). Saint Florent possède plusieurs plages soit accessibles par sentiers soit accessibles par bateaux. 
La plage du Lotu, uniquement accessible par la mer, est une splendide plage de sable blanc en plein désert des agriates. Ce site protégé n'offre aucun établissement de restauration ... il n'y a que vous, le sable chaud, la mer transparente (vraiment !), et les guêpes ... malheureusement, celles-ci furent néanmoins le seul point noir à cette escapade. L'embarcation, ici, Popeye, part du port de Saint-Florent et vous dépose sur l'île. Mieux vaut ne pas rater le bateau du retour ...







Et voilà pour ce road trip corse depuis Calvi (ou une autre ville de la Balagne). 
J'espère vous avoir aidé à concevoir à prochain voyage, vous avoir donner du rêve, vous avoir instruit un peu sur la Haute-Corse ...
Moi, c'est sûr, je n'attends déjà plus qu'une chose : retourner là-bas !

Articles les plus consultés